LE MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL

Partager

Table des matières
Introduction

D’année en année, le monde autour de nous change et se modernise. Cela implique aussi que les générations se modernisent également, et évoluent grâce aux nouvelles technologies et avancées qui émergent chaque jour. Ainsi, nous sommes allés des Baby-Boomers aux Alphas, en passant par la génération X, les millenials et la génération Z. En fin 2020, nous avons assisté à une réelle évolution du marché du travail français : 5 millions de seniors ont quitté le marché du travail, tandis que 6 millions de jeunes y sont entrés. Aujourd’hui, ces quatre générations cohabitent désormais en entreprise. 

Cette cohabitation peut néanmoins créer un réel challenge en ce qui concerne les relations humaines. En effet, il faut réussir à maintenir une cohésion entre les employés, qui ont dans la plupart des cas des expériences et idées différentes. Cependant, il est possible de faire en sorte que cette différence se transforme en levier de performance. Nous allons maintenant, voire ce qui caractérise ces générations, et comment mettre en place une synergie intergénérationnelle dans votre entreprise.

Le principe des générations

Le concept général de génération apparait clairement au début du 20e siècle, avec la définition de Wilhelm Dithey, théologien et philosophe allemand : « Un cercle assez étroit d’individus qui, malgré la diversité des autres facteurs entrant en ligne de compte, sont reliés en un tout homogène par le fait qu’ils dépendent des mêmes grands événements et changements survenus durant leur période de réceptivité ». 

Une génération représente donc un groupe d’individus liés par la même évolution du monde qui les entoure, avec les différents évènements et changements qui ont eu lieu autour d’eux. Cependant, il est nécessaire de fragmenter cette notion. En effet, on distingue deux types de générations: les générations familiales et les générations sociales.

 

Les générations familiales

La génération dite « familiale » renvoie à la méthode de reproduction sociale amenée par la famille, à savoir la façon dont les familles conditionnent leurs enfants à la société. En effet, l’évolution des enfants ne sera pas la même selon la présence d’un capital économique ou d’un capital culturel, ou de leur absence complète

Ces deux évolutions ont cependant chacune leurs difficultés de transmission. Par exemple, la transmission d’un capital économique se fait directement et automatiquement à l’héritier, tandis que la transmission du capital culturel nécessite du temps et de l’assimilation continue. Ainsi, la notion de reproduction sociale agit directement sur la classe sociale de l’individu.

management intergénérationnel
management intergénérationnel

Les générations sociales

La génération dite « sociale » correspond aux individus nés dans un contexte social et historique spécifique, qui a forgé et construit une sorte de mentalité commune à tous. 

Cependant, il est nécessaire de les fragmenter au maximum pour avoir des informations qui tiennent la route. Comme nous l’avons mentionné précédemment, tous les individus d’une génération ne grandissent pas dans le même milieu. C’est pourquoi les générations sociales sont assez spécifiques, par exemple : « génération de mai 68, génération d’ouvriers, générations jeunes des classes bourgeoises » …

La théorie générationnelle Strauss - Howe

Une autre théorie d’identification des générations a vu le jour ces dernières années, la théorie générationnelle Strauss-Howe. Cette théorie couvre 24 générations, qui durent chacune entre 20 et 22 ans.

Cette théorie explique que les divers évènements historiques du monde (révolutions, changements drastiques, etc.) se répètent dans le temps, selon une récurrence générationnelle d’archétypes de personnalités. Chaque changement notoire dû à une certaine génération est appelé « tournant ». Il existe quatre types de tournants :

Ivresse

État où la confiance au gouvernement est totale, avec quelques personnes qui se sentent étouffés par cette conformité.

Éveil

État où les citoyens attaquent la société et le gouvernement, afin de prôner l’individualisme.

Dénouement

État opposé de l’ivresse, la confiance au gouvernement n’existe plus, le conformisme est bas et l’individualisme est fort et florissant.

Crise

État de destruction, parfois de guerre ou de révolution, où les institutions sont recréées pour le bien commun.

Un sacaelum (longue vie humaine en latin) correspond à une durée de 80 à 100 ans, et est constitué de quatre tournants. Au fur et à mesure du temps, les générations vieillissent et laissent place à un « changement d’ambiance », qui constitue le début d’une nouvelle génération. 

Les archétypes dont nous avons parlé précédemment sont également au nombre de quatre, et sont les suivants : 

Prophète

Ce sont des idéalistes, militants et centrés sur eux-mêmes. Les baby-boomers en sont un exemple.

Nomades

Archétype de la génération X, ce sont des personnes réactives. Elles ont vécu durant un éveil, une période d’idéaux sociaux et spirituels.

Héros

Archétype des millennials, ce sont des personnes pragmatiques et autosuffisantes, ils sont optimistes et ont un fort esprit d’équipe.

Artiste

Ce sont des personnes adaptables, vivant dans une période de crise réduisant les complexités sociales et politiques. La génération Z est constituée d’artistes.

Après une génération d’Artistes, le cycle se remet à zéro et reprend son cours à partir du début. En l’occurrence, les Alphas seront à leur tour de l’archétype du Prophète, et la génération qui leur succédera sera composée de Nomades. Cette théorie représente le modèle générationnel le plus utilisé dans les médias, dans le marketing et dans la publicité. C’est également celle que nous allons utiliser pour définir les différentes générations existantes.

Les générations au fil du temps

Comme nous l’avons dit précédemment, notre société est passée par plusieurs générations, caractérisées par des individus aux idées et mentalités en adéquation avec leurs époques. 

Chacune de ces générations est en effet définie par des caractéristiques propres à elles, du fait de leurs époques et environnements différents. Il est nécessaire de prendre en compte le fait qu’étant donné que chaque génération réfléchit et agit de façon différente, la méthode de management varie également.

Les Baby Boomers

Les baby-boomers sont nés entre 1945 et 1965 durant le Baby-Boom, l’augmentation significative des naissances après la Seconde Guerre Mondiale. 

Les baby-boomers constituent une génération qui a capitalisée sur les expériences et qui a été actrice de l’expansion économique. Ils sont en grande partie autodidactes, et ont portés en leur temps la révolution des mœurs et le développement de la consommation, surtout autour du domaine du divertissement

En entreprise, ils ont besoin de comprendre les objectifs, et que leur direction donne du sens à leur activité. Ils sont réfractaires aux nouvelles applications et nouveaux outils. Ils sont enchaînés à leur expérience et restent fidèles à leur entreprise.

La génération X

La génération X, ou GenXers, est constituée de personnes nées entre 1965 et 1980, ils sont en général les enfants des baby-boomers.

Souvent qualifiée de génération sacrifiée, elle est placée sous le signe de l’indépendance et la maturité. Elle ne rentre pas dans un esprit de rébellion comme la génération qui l’a précédée, mais à son instar, elle a également besoin de reconnaissance de valeur.

Les GenXers sont souvent considérés comme faisant partie de la « génération martyre », étant donné qu’ils n’ont pas vécu avec les mêmes richesses que la génération avant elle. En effet, à l’inverse de cette dernière, la génération X est née à la fin des Trente Glorieuses, époque que certaines personnes appellent « les Vingt Piteuses », qui porte ce nom par rapport aux nombreux problèmes qui y sont liés.

Génération Y (Millennials)

La Génération Y, ou Millennials, représente les personnes nées entre 1980 et 2000. Elle est considérée comme la première vraie génération connectée, ayant grandi dans un monde sous le nouveau règne de l’informatique, un monde 2.0

Les Millennials diffèrent énormément de la génération qui les a précédés. En effet, ayant grandi dans le nouvel environnement qu’était le digital, ils ont très vite eu accès à plusieurs choses jusqu’alors inexistantes. Nous pouvons prendre comme exemple la possibilité de trouver n’importe quelle information en une grande rapidité, chose impossible quelques années auparavant. 

Ainsi, la Gen Y dispose d’une vision globale du travail et des objectifs à atteindre, notamment grâce à leur mode de pensée, beaucoup plus orienté réseau que leurs prédécesseurs.

La génération Z

La génération Z, ou « zoomers » comme certains aiment l’appeler, représente les personnes nées entre 1995 et 2010. Là encore, c’est une génération qui ne ressemble en rien à celle l’ayant précédée. En effet, là où les millennials ont grandi avec la naissance d’Internet, les zoomers n’ont jamais connu un monde sans digital. Dès leur naissance, ils ont été plongés dans la culture pop et numérique. 

De ce fait, les GenZ sont des personnes ultra-connectées. En 2018, la génération Z comptait en moyenne 8.7 comptes sur les réseaux sociaux, ce qui est énorme. Cela montre que ce sont des personnes capables de gérer plusieurs identités en même temps : tous les comptes ne sont pas pareils. Le compte TikTok d’un zoomer aura une identité et un contenu complétement différents que son compte Instagram par exemple. 

Concernant l’apprentissage, ce sont encore une fois des natifs du numériques, ou « digital natives ». 66% des GenZ avouent préférer utiliser Youtube comme moyen d’acquisition de compétences. En effet, l’essor des chaînes Youtube de vulgarisation scientifique, de documentation, de faits divers ou autre représente clairement la mentalité de la génération Z : des personnes curieuses, qui s’intéressent à pleins de domaines en tout genre, et qui s’intègrent parfaitement dans toute situation. 

Réussir son management intergénérationnel

Baby Boomers

La gestion des baby-boomers repose sur quelques points très importants. Premièrement, la reconnaissance. Les BB* sont une génération de personnes conditionnées par les objectifs clairs et les directives précises. Il est nécessaire de reconnaître le fruit de leur travail, d’autant plus qu’avec les constants changements des méthodes de travail, ils pourraient se perdre et se retrouver confus en utilisant les nouveaux outils. C’est pourquoi il faut les accompagner et les rassurer dans le changement.

Ensuite, le transfert de savoir. L’avantage des baby-boomers, c’est leur expérience. Ils sont sur le marché du travail depuis plus longtemps que toutes les autres générations, ils disposent d’un savoir-faire essentiel en entreprise. Ils peuvent ainsi transmettre ce savoir-faire aux autres générations et les préparer efficacement et de manière adéquate au monde du travail, pour qu’ils se positionnent comme parrains de ces nouveaux arrivants.

Enfin, l’interdépendance. Les baby-boomers sont des autonomes naturels, ils travaillent sans dépendre de qui que ce soit. Certes, l’autonomie est une qualité essentielle, très recherchée en entreprise, mais elle a aussi ses limites. Un employé autonome pourrait par exemple rencontrer des difficultés à travailler en équipe. C’est pourquoi faire travailler des baby-boomers avec les générations X, Y et Z est une méthode très efficace pour, dans un premier temps, les rendre plus à l’aise à l’idée de travailler avec des personnes aux mentalités différentes, et ensuite de les aider à mieux travailler.

Il peut également être judicieux d’organiser des évènements de team building entre les membres, comme des ateliers en binômes, permettant à chacun d’en apprendre de l’autre, un millenial pourra mettre à disposition son expertise dans les nouvelles technologies et nouveaux outils de travail, tandis qu’un baby-boomer mettra à disposition son expérience et se placera en tant que conseiller pour la vie en entreprise.

 

Génération X

 

Comme nous l’avons évoqué précédemment, la génération X a besoin de reconnaissance et de se sentir valorisée dans son travail, comme pour les baby-boomers. Si ceux qui la composent ont besoin de motivation, ils sont plus enclins que leurs successeurs, la génération Y, à accepter la critique. Ce sont le plus souvent des « hard workers ». Leur vision du travail se base sur la méritocratie, mais ils éprouvent néanmoins un sentiment d’incompréhension ainsi qu’une faible reconnaissance pour le travail fourni.

Managers, vous devrez valoriser leurs efforts et leurs compétences à juste titre en leur offrant l’opportunité d’un travail qui leur permette d’obtenir de l’avancement. Certains d’entre eux seront de bons candidats à des postes de cadres et de direction au sein de l’entreprise. Permettez-leur d’avoir un poste qui leur soit intéressant avec des promotions à la clé.

Pour valoriser leur travail, vous pouvez mettre en place également un système de mentorat où ils enseignent leur savoir et leurs expériences à de plus jeunes salariés. Une autre idée pour flatter leur travail assidu est de mettre en place des évaluations régulières de leur rendement en plus de l’évaluation annuelle de l’entreprise. Cela leur permet de se tester et de donner ainsi le meilleur d’eux-mêmes. Toutefois, attention à ne pas les encadrer de trop. Quand vous les guider, faites-le avec tact en leur donnant une marge de manœuvre. Paradoxalement, ils sont assez indépendants et sont moins performants dans une entreprise au cadre trop rigide.

Millennials

Il existe plusieurs façons de manager la Gen Y, étant donné que c’est une génération très diversifiée en individus.

Premièrement, il faut poser les bases dès le début : si vous voulez qu’un millennial performe, laissez-le faire. Les millennials sont de fervents défenseurs des libertés individuelles, leur mettre de la pression et surveiller de près leur travail les mettra dans un mauvais confort de travail, ce qui résultera en une baisse de leurs performances.

Allez dans leur sens, accordez-leur le temps et l’espace dont ils ont besoin, la relation que vous allez créer sera plus forte et une plus grande confiance s’installera entre vous. Faites attention cependant à ne pas trop les brider dans leurs libertés. Vous pouvez par exemple ne pas interdire les réseaux sociaux sur le lieu de travail, cela leur permettra d’avoir un contact extérieur et ainsi de ne pas alimenter cette sensation de non-liberté au sein de l’entreprise.

Il peut aussi être judicieux d’intégrer pleinement le télétravail dans le quotidien de vos employés. Quasiment toute la Gen Y possède un ordinateur ou tablette à domicile, mettre en place un jour de télétravail par semaine apportera une plus grande autonomie au salarié, et lui prouvera que l’entreprise est plus flexible qu’auparavant.

Génération Z

Il y a plusieurs points à prendre en compte dans la gestion et le management des GenZ. Premièrement, la transparence. Comme nous l’avons expliqué précédemment, les Zoomers sont des gens extrêmement curieux. Ils posent énormément de questions, car ils ont besoin de trouver un sens dans leur travail. Il est nécessaire de comprendre cet état d’esprit, assez différents des générations précédentes qui s’empressaient d’exécuter les ordres sans discuter. Répondez à leur question en toute honnêteté et transparence, cela vous permettra de créer un lien solide avec vos employés de la GenZ, d’autant plus que leurs questions donnent souvent lieu à des axes d’améliorations pour l’ensemble de l’entreprise.

Ensuite, l’accompagnement. Un Zoomer a besoin de conseils, il est friand de critiques constructives, car il est dans une démarche d’apprentissage et d’amélioration constante. L’accompagner jouera énormément en faveur de sa performance, étant donné qu’il sera plus apte à réaliser des tâches jusque là compliquées. D’ailleurs, cela fonctionne dans le sens inverse également. Un Zoomer se permettra de vous faire des critiques constructives également, étant donné qu’il joue un réel rôle dans la prise de décision.

Par la suite, la valorisation des compétences. Bien que ce sont généralement les plus âgés qui transmettent leurs connaissances aux plus jeunes, grâce à leur expérience, il ne faut pas oublier que les Zoomers sont également porteurs de savoirs précieux. En effet, ces derniers sont des experts pour manier les outils du numérique, bien plus que les générations précédentes. Par conséquent, les valoriser et les pousser à partager leurs connaissances résultera en un transfert d’expérience réciproque qui profitera à toute l’entreprise.

Enfin, le bien-être. De manière générale, les GenZ sont des personnes qui tendent à trouver du plaisir dans les tâches qu’ils effectuent, et leur créativité et motivation se déploient pleinement lorsqu’ils s’épanouissent dans leurs missions. Ne bridez pas cette créativité en les enfermant dans des bureaux à faire les mêmes tâches en boucle. Faites ressortir leurs potentiels en cassant la routine, en variant les tâches et en encouragent les initiatives personnelles.

Génération Alpha

 

La génération Alpha, qui vient succéder à la génération Z, constitue le renouveau de la théorie générationnelle. Cette génération représente les personnes nées en 2010 et 2025, et est reconnue comme celle qui va changer le monde. En effet, d’après Mark McCrindle, chercheur en sciences sociales, dans le New York Times : « Cette génération sera la plus instruite, la plus connectée et globalement la plus riche de tous les temps ». Mais pourquoi exactement ? La technologie, certes, mais également une meilleure conscience d’eux-mêmes, des autres et de leur environnement.

Les Alphas grandissent dans un monde où ils sont pleinement conscients de leurs forces et faiblesses, une chance que les générations précédentes n’ont pas eue. De ce fait, ils peuvent plus facilement se lancer dans des perspectives individuelles, d’autant plus que toutes les connaissances nécessaires sont disponibles sur Internet. 

Etant donné leur âge et le fait qu’ils ne sont pas encore sur le marché du travail, nous ne pouvons pas savoir exactement quel type de management il faut employer, mais nous pouvons le conjecturer. La génération Alpha est la première génération ayant passée sa vie pleinement immergée dans la technologie et la conscience de ses forces et faiblesses. A leur naissance, l’iPad a été lancé, et Instagram a été créé. Ils seront également beaucoup amenés à être en contact avec des objets connectés et contrôlés par des IA, ce qui en fait des cibles de marque pour les marketeurs qui perfectionnent déjà leur stratégie pour conquérir les Alphas. 

Conclusion

A travers cet article, nous pouvons constater la constante évolution du monde qui nous entoure, et l’impact énorme des différents contextes sociaux, économiques, écologiques, etc… 

Ainsi, nous sommes en droit de nous poser la question suivante : Le monde ne cessera-t-il d’évoluer avec des techniques de travail plus performantes, des outils plus avancés, et des employés plus intelligents et autonomes au fil du temps ?

Notre article vous a plu ? Un projet ?

Nous vous invitons à consulter nos domaines d’expertise ou à nous contacter directement pour discuter de votre projet.